G PedoteG Pedote deuxième aux Sables, remporte la SAS 2014

Le skipper de Prysmian est arrivé totalement décontracté aux Sables d'Olonne, malgré les derniers milles particulièrement lents dans la pétole. Heureux d'avoir bâti sa victoire de belle manière dans la deuxième étape, il a pu gérer son capital et arriver sans trop de fatigue sur la ligne.

Récit d'une deuxième étape menée à sa main :

La première nuit

« J'ai eu le sentiment que le bateau ne se comportait pas très bien sous pilote. C'était en fait ma fausse mèche de safran qui s'était dévissée. Il a fallu que je détecte l'origine de la panne et que je répare. Ensuite, j'ai dû réinitialiser le pilote. Heureusement je connaissais la procédure. Mais du même coup, Nico m'avait dépassé... »

Les conditions générales

« On a eu globalement de très belles conditions. Je ne pense pas avoir eu plus de 32 nœuds de vent. En revanche, au début, la mer était bien ordonnée, ce qui nous a permis de faire des superbes surfs comme je n'en avais jamais fait auparavant. Sur la fin de course, la mer était plus difficile à négocier. J'ai préféré assurer le coup et laisser partir Nico. J'avais plus à perdre qu'à gagner qu'à vouloir me battre avec lui. »

Heureux

« C'est vraiment une belle victoire. Surtout, je me suis aperçu que j'avais gagné pas mal de confiance. Quand j'ai eu mon souci de pilote, je n'ai pas paniqué, j'ai réussi à rester serein. Depuis la Mini Transat, j'ai eu le temps de comprendre qu'une course au large comporte une part d'aléatoire. Je ne me suis pas énervé, j'ai réparé. Dans ce domaine, je crois que j'ai vraiment progressé. »

La fatigue

« J'arrive plutôt reposé. J'ai réussi à dormir, à m'alimenter correctement. Par rapport à la première étape où j'avais fini dans le rouge, là, ça va vraiment bien. »

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir