Jonas GerckensLe skipper de Netwerk a coupé la ligne ce 28 juillet à 5h 01mn 00s (TU)

Jonas Gerckens a demandé la faveur de pouvoir attendre son pote Damien Audrain pour ouvrir la bouteille de champagne traditionnelle offerte aux coureurs à l'arrivée sur Horta. Cette victoire, il avait envie de la partager avec celui qui lui a mené la vie dure depuis le cap Finisterre et l'a poussé dans ses retranchements.

La lutte avec Damien Audrain :
« C'était incroyable. On se tire la bourre depuis le cap Finisterre. Dès qu'il y en avait un qui se relâchait, l'autre lui prenait deux milles. Il fallait être dessus tout le temps ; je n'ai jamais poussé le bateau comme je l'ai fait sur cette course. C'était génial. On s'est servi de lièvre, l'un l'autre, et du coup, on a tenu des moyennes excellentes.»

La stratégie :
« J'ai cessé de me poser des questions. Au départ Denis Hugues, le directeur de course, m'a dit d'arrêter d'aller chercher des options à la Belge, dans tous les coins. Je sais que je vais vite, du coup j'ai juste cherché à rester le plus proche de la route directe. Il a eu raison, ça marche.»

L'arrivée sur les Açores :
« On avait un peu peur de l'arrivée par le nord. Par vent de sud-est on peut avoir de sacrés dévents. Au final, avec la tendance orageuse, c'était un sacré bazar. Je n'oublie pas François (Jambou) qui a fait une super course.»

Dédicaces :
« Je voulais avoir deux petites pensées. Tout d'abord pour Jess, ma compagne dont c'était l'anniversaire hier. J'aurais bien voulu arriver ce jour-là, mais j'ai un peu tardé en route. Je voudrais dédier cette victoire à Henri Faubert, qui était une personne mythique de la voile belge et du Tour de France à la Voile et qui est décédé récemment. Cette victoire, elle est pour mon capitaine Henri. »

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir