L'arrivée @Yvan Zedda_LGL_LBSM 2016

Les conditions magnifiques pour le départ se sont vite révélées scabreuses pour la flotte de Mini 6.50 engagés sur la Lorient Bretagne Sud Mini 2016. Le mal de mer sévit dans presque tous les équipages contraignant même certains à l'abandon. Puis il y aura des casses, étais, dérives, enfin une météo dure et des délais trop courts pour des organismes déjà épuisés. et puis il ya ceux qui se sont fait très plaisir sur les bords de portant même si ça mouille beaucoup, ceux qui auront repoussé leurs limites au-delà parfois ce qu'ils auraient imaginer.

Après 14 abandons dans la nuit, le petit matin apportera également son lot de retour au port. Beaucoup préfèrent renoncer. Au final, 6 prototypes et 20 bateaux de série auront franchi la ligne d'arrivée dans les temps.

Course bouclée ou non tous sont unanimes : Les conditions ont été "velues" : beaucoup de près dans une mer plus que mal rangée et un froid piquant, nos marins n'auront eu aucun répit.

Leur seule petite consolation aura été le bord de retour au portant, l'allure favorite des Mini6.50. Ceux qui avaient jeté l'éponge, ont, malgré leur fatigue, apprécié les surfs ; Sur les bateaux toujours en course, les plus expérimentés ont fait parler la poudre pilotant leurs bolides à plus de 22 nœuds dans les surfs.

La course a été dure en termes de vent, de mer mais tout le monde arrive avec le sourire, heureux d'avoir pu tester son bateau dans ces conditions, confirme Mathias Louarn, Directeur de course. Ce sont aussi des conditions qu'ils rencontreront sur les courses à venir. Il y a eu plus de près que ce qui était prévu mais malheureusement ça fait partie du jeu. Les conditions étaient certes musclées mais annoncées et maniables pour ce type de bateaux. L'épreuve est aussi riche d'enseignements : les bateaux les plus préparés ont logiquement mieux tenu, d'autres au contraire ont peut-être perçu les limites de leur préparation.

IAn Lipinski et DAvy Beaudart, Vainqueurs Prototype Charly Fernbach et Benoit Hantzperg vainqueurs serie

Ils ont dit

Vainqueur Proto 865 Griffon - Ian Lipinski et Davy Beaudart

Ian Lipinski : Pour moi c'était la découverte. Davy lui connait bien son bateau donc j'ai ouvert grand les yeux, grand les oreilles et il m'a montré comment faire… "ou comment ne pas faire, en application directe : ne pas faire ça … ah trop tard !" intervient Davy en souriant.

Le bateau n'a pas besoin de beaucoup de toile pour aller très vite. Par contre c'est physique, il faut faire gaffe ; le bateau donne pas mal d'à-coups et à l'intérieur il faut s'habituer à tous les nouveau bruits… mais j'ai bien dormi, confirme le skipper de Griffon.

Je suis surtout content d'avoir été au départ. Il y a 10 jours pendant la tempête le bateau tombait de sa remorque ; on pensait que la saison pouvait être finie avant d'avoir commencée. Finalement c'est un brave petit bateau et tout le monde a fait en sorte qu'on puisse prendre le départ de cette course. C'est un beau début d'histoire et le début d'une belle histoire.

Davy Beaudart : Ian a bien écouté, de toute façon il a envie. On va le retrouver aux avant-postes sur les autres courses. Il n'a pas le choix de toute façon, sinon je lui botte les fesses. C'était vendu avec le bateau : tu gagnes sinon je le reprends ! Ian adore ça, il ne connaissait pas le proto il a vu ce que donnait le Maximum, ça lui a plu : c'est super en tous cas il est déjà amoureux du bateau..

On a eu du bol d'être devant, quand ça a refusé en passant Houat nous ont n'a pas trop tiré de bord au près, par contre, derrière ça été un peu la punition pour toute la flotte.

Second Proto 716 Raoul Pastèque Romain Bolizinger - Axel Tréhin : c'était très, très humide. Des conditions velues. On fait une bonne partie du parcours avec un bon 20 nœud de vent et un bon 25 au nord de Belle-Île et un petit grain à 40 à l'arrivée.
Une pointe à 19.47 sous genaker, un petit bord mémorable à la Teignouse où on n'a pas enroulé le genaker. On naviguait sur la portière, c'était bien drôle mais pas très raisonnable. Ces bateaux vont vraiment vite.
On a fait beaucoup de virements. On s'attendait à faire du près, on n'est pas déçus ! Et un bord de portant pour rentrer un peu frustrant car la mer était un peu courte, du coup on ne pouvait pas bourriner autant qu'on sait le faire mais c'était déjà bien drôle. A hauteur des Birvideaux, il y a eu des bons talus. C'était sympa mais pour l'année prochaine, il faudrait la faire dans l'autre sens ¾ au portant et ¼ au près !

Vainqueur de la LBSM 2016 869 le Fauffifon avec Charly Fernbach et Benoit Hantzperg : Pour une première course, c'était plutôt pas facile beaucoup de vent, beaucoup de près on en a tous un peu bavé. Le retour au portant, c'était vraiment la récompense. Je crois que c'est pour ça qu'on fait du Mini ! En fait c'était un peu scabreux : on était sur la tranche, sur la portière même, mais c'était vraiment bien. Finalement, on a payé cher la remontée mécanique mais la descente tout shuss c'était génial.
On a fait le métier, comme des pros, se marrent-ils tous les deux. On n'a pas eu trop l'occasion de manger ou même de se faire un café. Le bateau est plein d'eau parce qu'au portant on enfournait. Une fois le bateau à vraiment posé fort l'étrave dans le fond. C'est peut-être une des course les plus dures que j'ai eu à faire c'est vraiment un sprint sans une seconde de répit… c'est d'autant plus une belle victoire…

905 – Mini Oiri - Guillaume Combescure / Nicolas Andrieux second Série :
Pour leur première course sur le bateau et en Mini, Guillaume Combescure et Nicolas Andrieux signent une très belle seconde place au classement Série.

"C'était top, fatiguant mais cool. On a navigué au contact jusqu'à la tombée de la nuit. A la sortie de l'archipel des Glénan on était 3 ou 4 bateaux au reaching, là c'était magique. En remontant sur Lorient, on s'est bagarré au portant sous code 5 ou genaker avec le 887 dans de la petite houle courte et c'était mortel, très mouillant mais génial. Au bilan c'est plaisir technique, petite chienlit au milieu, re plaisir et mouillade. On s'était mis comme objectif de tout donner mais sans imaginer finir second. Nicolas est un très, très bon régatier, un excellent régleur mais il n'est pas le seul. On se connait bien avec Nico donc ça fonctionne bien. Ça me met la pression pour la suite en solo et pour l'instant je ne l'ai jamais fait…

Lorient Grand Large

Lorient Grand Large est l’association créée par Lorient Agglomération en charge d’animer le pôle course au large lorientais.

Elle a notamment en charge l'organisation et l'accueil d'évènements nautiques dont les étapes françaises de la Volvo Ocean Race en 2012 et 2015 et le développement de la course au large et des activités nautiques de la rade.

Source : Lorient Grand Large

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir